Expertises cynégétiques et mesures compensatoires

 
La FRC LR, en concertation avec les Fédérations départementales de chasseurs de la région, contractualise avec les différents aménageurs des projets d’étude ayant pour objet de qualifier l’activité cynégétique, identifier les impacts sur la faune sauvage, ses habitats et la pratique de la chasse et, si les impacts sont avérés, proposer des mesures de réduction puis des mesures compensatoires en faveur du monde cynégétique.
 

LGV Nîmes- Montpellier : Expertise des impacts sur l’activité cynégétique et proposition de mesures compensatoires. 

 
En coordination avec la FDC 30, la FDC 34 et les associations locales de chasse impactées, la FRC LR a conduit en 2012 une étude des impacts de la ligne de contournement Nîmes-Montpellier sur la faune sauvage, ses habitats et l’activité cynégétique (territoires, pratiques de chasse, aménagements cynégétiques). 
 
Suite à ce diagnostic, des mesures compensatoires ont été identifiées en concertation avec les associations et sociétés locales de chasse et les Fédérations de chasseurs du Gard et de l’Hérault. 
 
Ces mesures compensatoires cynégétiques sont actuellement en cours de négociation entre la FRC LR, Réseau Ferré de France, et Oc’Via, le constructeur de la ligne. Sont notamment demandés des réaménagements de milieu (cultures faunistiques, création de garennes artificielles et de points d’eau, ouvertures en garrigue) et des repeuplements de perdrix rouge.
 
 

LGV Montpellier-Perpignan : Qualification de l’activité cynégétique sur la Zone de Passage Préférentielle

 
 
 
Christian Petit, Directeur régional de Réseau Ferré de France et Jean-Pierre Gaillard, Président de la FRC LR et de la FDC34 ont signé le 31 janvier 2013 une convention de partenariat, en présence d’Yves Bastié, Président de la FDC11  et Alain Esclopé, Président de la FDC 66.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Cette convention a comme objectif d’assurer une bonne connaissance de l’activité cynégétique dans le cadre du projet de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan, sur les départements de l’Aude, de l’Hérault et des Pyrénées-Orientales (52 communes). 
Cette étude, menée par les 3 fédérations départementales de chasseurs concernées et par la FRC LR, permettra de fournir à RFF des informations sur les territoires de chasse, les activités cynégétiques, la faune sauvage et ses habitats, sur l’ensemble de la zone de passage préférentielle1. Cette étude devrait permettre de mieux prendre en compte les intérêts des chasseurs et de la faune sauvage dans le choix du tracé définitif et des modalités de passage du train (passages faune, aménagements paysagers, etc.).
 

Etude sur les interactions entre les parcs éoliens en exploitation et l’activité cynégétique

 
La France a pour objectif d’atteindre 23% d’énergies renouvelables dans la consommation nationale d’ici 2020. La réalisation du Schéma Régional Eolien pour le Languedoc-Roussillon est en cours de concertation. Son objectif est d’identifier les zones les plus appropriées au développement éolien en prenant en compte les enjeux paysagers, patrimoniaux, faunistiques ou floristiques, et de proposer des objectifs par zones géographiques. La région Languedoc Roussillon devrait ainsi compter 1000 éoliennes d’ici 2020 (dont 250 déjà installées). 
 
 
 
La FRCLR s’est rapprochée de la Compagnie du Vent, entreprise qui implante et exploite des parcs éoliens, notamment dans le département de l’Aude. Une première étude de l’impact des parcs éoliens sur l’activité cynégétique est en projet dans le département de l’Aude. Elle se baserait sur un retour d’expérience des anciens parcs âgés de 1 à 10 ans. Une convention de partenariat entre la Compagnie du Vent et les Fédérations de chasseurs de la région pourrait aussi voir prochainement le jour afin de mieux prendre en compte le monde de la chasse dans les futurs projets éoliens. La FRC LR souhaite enfin se rapprocher d’autres entreprises éoliennes dans le but d’établir des partenariats similaires.
 
 
1 : Couloir d’une largeur d’environ 1000 mètres, validé par décision ministérielle le 14 novembre 2011, dans lequel le tracé définitif de la ligne nouvelle sera arrêté après la déclaration d’utilité publique (validation du tracé de l’ordre de 100 à 120 mètres de large par une ultime décision ministérielle).